Retour accueil Communauté du savoir


La HEP-BEJUNE a rejoint la Communauté du savoir

HEP Bejune

12.12.2016



Trois questions à Maxime Zuber, recteur de la HEP BEJUNE.

optimized-hep-bejune_site-de-la-chaux-de-fonds_exterieur-hep-bejuneLa Haute Ecole Pédagogique BEJUNE a décidé de signer l’accord-cadre de coopération académique, scientifique et culturelle associant, dans la Communauté du Savoir, les hautes écoles françaises et suisses de l’Arc jurassien. Quel est l’objectif poursuivi par ce réseau transfrontalier ?

La Communauté du Savoir (CdS) vise à instaurer une collaboration transfrontalière portant en priorité sur l’échange d’étudiants, d’enseignants, de chercheurs et de collaborateurs. Elle mise sur la participation mutuelle à de nouveaux projets de recherche, sur l’échange d’informations, de documentations et de publications scientifiques. Elle encourage les cotutelles et les codirections de thèses de doctorat, l’encadrement conjoint de travaux de Master, de Bachelor et de stages ainsi que le développement de formations communes. La CdS regroupe l’Université de Neuchâtel, la Haute Ecole Arc, la Haute Ecole d’Ingénierie et de Gestion du canton de Vaud, l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques de Besançon, l’Université de France-Comté, l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard et, depuis le 1er décembre 2016, la HEP-BEJUNE.

Les collaborations transfrontalières entre les différentes structures d’enseignement supérieur et de recherche de l’Arc jurassien n’ont pas attendu la création de la Communauté du Savoir pour voir le jour. Qu’est-ce que la CdS apporte en plus ?

Si je prends l’exemple de projets de recherche transfrontaliers, ils existaient bien évidemment avant la création de la Communauté du Savoir. Mais ils étaient portés par des individus isolés, dans le cadre de collaborations ponctuelles. Aujourd’hui, l’idée est d’inciter, de mettre un cadre afin de favoriser et de pérenniser ce genre de projet. Dans cette vaste opération de mise en commun des savoirs, les membres du réseau jouent un rôle essentiel puisque ce sont eux qui encouragent les personnes concernées à entrer dans des programmes de recherche.

Jeudi 1er décembre 2016 à Belfort, à l’occasion du 3e colloque transfrontalier sur la thématique des dynamiques et enjeux d’un territoire transfrontalier, la HEP-BEJUNE rejoint officiellement la Communauté du Savoir ? Concrètement, à quels outils déjà expérimentés par la CdS pourra-telle désormais avoir accès ?

On peut citer par exemple l’existence d’un guide qui permet aux différents membres de la communauté éducative, enseignants ou chercheurs, de savoir à quelles portes frapper pour obtenir des financements, de manière à pouvoir mener à bien les premières étapes d’un projet de recherche. Plus concrètement encore, les membres de la Communauté du Savoir peuvent accéder à toute une série de solutions techniques, telles le captage vidéo, qui permet de partager en images des événements pouvant se dérouler de part et d’autre de la frontière franco-suisse, donc de mutualiser la connaissance. Ceci pour ne citer que deux exemples concrets.